La charcuterie Thoumieux intègre le groupe du Cayrolais

Après 44 ans de bons et loyaux services, Jean-Michel Thoumieux cède son entreprise à Henri Manhès, gérant de l'entreprise Le Cayrolais, bien connue dans le Cantal pour ses charcuteries et salaisons.

12/04/2017 à 15:20 par lisa.puechagut

Henri Manhès et le couple Thoumieux main dans la main pour perpétrer la recette de la charcuterie de Boisset. -
Henri Manhès et le couple Thoumieux main dans la main pour perpétrer la recette de la charcuterie de Boisset. -

C’est la troisième marque à rejoindre le groupe du Cayrolais, géré par le charcutier Henri Manhès. Après avoir racheté le Roquet de Laroquebrou en 2005, c’est au tour de la maison Thoumieux de Boisset d’intégrer le fleuron de la charcuterie en Châtaigneraie cantalienne. « Je souhaitais m’arrêter, prendre ma retraite après 44 ans de travaux, indique Jean-Michel Thoumieux. J’ai appelé Henri, et je lui ai dit, je veux que ce soit toi ». Touché par cette « marque de confiance », le chef d’entreprise n’a pu que « tomber d’accord » avec son ami de longue date, qu’il a toujours considéré comme « un confrère, plus qu’un concurrent ». Il faut dire que l’entreprise Thoumieux, créée il y a 70 ans, est une institution dans le domaine de la charcuterie en châtaigneraie. « Mon père a appris le métier au fondateur du Cayrolais », souligne Jean-Michel Thoumieux, ravi de voir qu’avec cette reprise, la boucle est maintenant, en quelque sorte bouclée, dans un milieu où le savoir-faire se transmet de génération en génération. « J’ai eu du mal à avaler qu’un fils ne reprenne pas la maison. Ce qui m’a séduit avec Henri, c’est qu’il allait faire vivre ce que j’avais créé ».

Conserver le savoir-faire

Pour Henri Manhès, l’objectif primordial est de « conserver le produit, le savoir-faire. Il faut préserver ce patrimoine gastronomique du département, les saveurs et textures particulières. ». Celui qui se considère comme un « chef d’orchestre », précise encore sa volonté : « J’essaie de faire fonctionner au mieux les trois orchestres, pour que cela reste dans le tempo ». Si l’atelier de fabrication de l’entreprise Thoumieux sera supprimé, les deux salariés de la maison intégreront les ateliers du Cayrolais à Cayrols, et du Roquet à Laroquebrou. « La marque sera bien sûr reprise et la recette sera conservée, souligne Henri Manhès. Sa recette est bonne et différente de celle du Cayrolais. Le goût est plus moderne. L’intérêt est de garder les trois recettes. C’est la diversité qui fait notre richesse ».

Le séchoir à jambon de Jean-Michel Thoumieux « qui possède un grand intérêt » sera lui aussi conservé. « Les jambons seront salés à Cayrols. Ils reviendront pour être séchés à Boisset et repartiront ensuite dans les ateliers de fabrication du Cayrolais ». Le chef d’entreprise tient aussi à rappeler que les produits Thoumieux seront distribués « uniquement dans les circuits traditionnels, et non pas en grande surface ».

Le groupe du Cayrolais compte un effectif de 29 personnes. C’est aujourd’hui 3 à 5 tonnes de saucissons et 200 jambons qui sont produits chaque semaine, ainsi que 300 000 conserves par an. Selon Henri Manhès, la reprise de la charcuterie Thoumieux devrait rapporter 15 % de croissance en plus au groupe.

Un article est à retrouver dans notre édition de ce jeudi 13 avril.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Aurillac - Dimanche 28 mai 2017

Aurillac
Dim
28 / 05
25°/16°
vent 57km/h humidité 44%
Lun23°-16°
Mar19°-13°
Mer21°-13°
Jeu22°-13°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne