Présidentielle : Macron élu à 69,83% dans le Cantal

Le candidat d'En Marche a été choisi par la quasi-totalité des communes du Cantal. Premiers résultats et réactions.

07/05/2017 à 23:39 par La Rédaction

Le Cantal l’avait choisi dès le premier tour, avec 26,74% des voix. Emmanuel Macron a, à nouveau, emporté l’adhésion des suffrages exprimés, obtenant cette fois 69,83% des voix, soit 4 points de plus qu’au niveau national (65,7% des voix). De plébiscite, il n’en est pourtant nullement question. Les Cantaliens sont en effet nombreux à être restés chez eux pour ce second tour de l’élection présidentielle, l’abstention s’élevant ainsi à 21,53% des voix, quand elle était de 18,74% au premier tour et de 15,78% au deuxième tour de 2012.

Seule quatre communes ont préféré la candidate du Front national à celui d’En Marche. Marine Le Pen arrive en effet en tête à Badailhac, Gourdièges, Montmurat et Rouffiac.

Au niveau des cantons, celui d’Aurillac 3 se démarque particulièrement : Emmanuel Macron y emporte 81,51% des suffrages exprimés (soit 53,81% des inscrits). Le nombre de voix des abstentionnistes, 1542 sur 6257 inscrits (soit 24,64%) devance celui des voix accordées à Marine Le Pen (764, soit 18,49% des exprimés et 12,21% des inscrits).

Retrouvez les résultats communes par communes ici

“Nous sommes en forme et nous sommes en marche ! “

Il est 20 heures à l’espace des Carmes à Aurillac. Les yeux rivés sur le grand écran mis en place pour la soirée électorale du second tour, les soutiens de Macron exultent à peine les premiers résultats tombés. Leur candidat est élu président de la République, à plus de 65 % des voix. Applaudissements, accolades et cris de joie ont accompagné le score du candidat d’En Marche, face à Marine Le Pen. « Il représente l’espérence ! Il a fait un bon score, cela aurait pu être pire. Avec ce score là, il a plus de chance d’avoir une majorité », souligne Bernard Mignon, créateur du premier comité de soutien dans le Cantal. Pour François Danemans, référent du Mouvement en Marche dans le Cantal, et candidat aux Législatives, « C’est un jour historique ! Personne ne pensait qu’il réussirait ». Celui-c s’est dit « très satisfait » par le score national d’Emmanuel Macron, mais également par le score départemental, encore supérieur, plus de 69 %. « Cela montre bien que le Cantal est très progressiste, que le vote Macron a aussi été un vote de milieu rural. On lui donnait une image de « bobo ». Pour moi, c’est le candidat de la ruralité ». François Danemans a tenu à remercier tous les présidents des comités En Marche du Cantal, ainsi que les plus de 500 adhérents « On peut être fiers de ce résultat ! », leur a-t-il lancé. Les yeux désormais tournés vers les Législatives, celui-ci confie « Mon rôle est de continuer à mobiliser et rassembler. Il faudra que l’on soit dans la même mouvance. On en saura plus la semaine prochaine, mais je me plierai à la commission d’investiture car nous sommes plusieurs sur la 1ère circonscription ». Le travail ne s’arrête donc pas là pour les soutiens de Macron. Tous derrière leur nouveau président, ceux-ci l’ont ben fait comprendre : « Nous sommes en forme, et nous sommes en marche ! ».

Les soutiens de Macron ont laissé exploser leur joie à l'annonce des résultats
Les soutiens de Macron ont laissé exploser leur joie à l'annonce des résultats

Au Front National : « Ce n’est pas une défaite, mais une déception »

Les résultats ont douché les espoirs des frontistes
Les résultats ont douché les espoirs des frontistes
Pointe d’amertume au Front National qui accuse, difficilement, les résultats du 7 mai.
Avant l’heure fatidique des résultats, à 20 heures, l’ambiance était calme et détendue. Les militants allaient bon train entre pronostic et discussions sur la possible victoire de Marine le Pen. D’autres, se voulant réalistes, n’étaient pas dupes vis-à-vis du résultat : « Nous souhaitons le plus de voix possible, mais la victoire semble quasi-impossible ». Un défaitisme avoué ? La réponse est non : « Nous avons beaucoup progressé depuis ces dix dernières années. Et nous allons encore marquer des points ».
À l’heure des résultats, certains des frontistes ont perçu l’annonce comme un glas, un coup de massue. La plupart affichent une mine triste et l’émotion prend parfois le dessus. Certains, sont « dégoûté de voir notre pays aux mains de cet homme ». D’autres conspuent les personnes qui célèbrent la victoire du candidat d’En marche : « Ils n’ont pas honte de brandir le drapeau français… ». L’aigreur et la déception laissent place peu à peu aux visions d’avenir : « désormais il nous faut regarder vers les législatives. Une grande bataille va commencer. Avec l’éclatement de la droite et de la gauche, nous avons une carte à jouer » confie l’un des militants.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Aurillac - Dimanche 28 mai 2017

Aurillac
Dim
28 / 05
25°/16°
vent 57km/h humidité 44%
Lun23°-16°
Mar19°-13°
Mer21°-13°
Jeu22°-13°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne